Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > International > famine en floride

famine en floride

vendredi 22 août 2008, par Daniel Shoer Roth

Gen anpil bagay kap pase lot bo dlo, jounal bo isit pa pale de sa menm.

Famine dans le sud de la Floride ? La réponse est dans les longues files devant les banques alimentaires et les cantines populaires, qui ont vu le nombre de leurs clients se multiplier et jusqu’à tripler cette année. Mais la conjoncture ne pourrait être pire.

Les banques alimentaires rencontrent différents problèmes : le prix élevé des aliments a créé un marché secondaire, dans lequel se vendent des produits défectueux ou avec des dates proches de l’expiration qui étaient donnés d’habitude autrefois ; les dons privés se raréfient, le coût de l’essence rend difficile le ramassage et la distribution les provisions fédérales des excédents agricoles se sont évaporées.

En 17 ans, jamais on a vu une tel manque de nourriture », a déclaré Patricia Robbins, la fondatrice de Farm Share, dans Homestead. "Bien que nous ne repoussions personne, chacun reçoit moins". Farm Share, qui dessert plus de 200 agences au sud de la Floride, principalement avec des fruits et des végétaux, a réparti 14.8 millions de livres dans l’année 2007-08 qui a culminé en juin, avec 33 pour cent de moins que dans les années 2005-06. Dans cette période, les fonds que Tallahassee lui a assignés sont tombés de 50 pour cent, à 200,000 $ par an.

Tous les samedis, pendant les deux dernières années, Ampero Valencia, une mère célibataire de deux enfants, va à l’église « l’Amour et la Foi » dans West Miami, où il y a un magasin de libre-service d’aliments de base. Avant elle état habituée à sortir avec quelques sacs, la semaine passée seulement avec un seul.

"Maintenant un suffit et s’il y a une chose il n’y a pas l’autre", a expliqué Valencia, 43 ans, qui a émigré de la Colombie il y a 12 ans en pensant qu’à Miami la faim ne passerait pas. Il est absurde que dans le sud de la Floride- là où se dépensent des millions de dollars pour promouvoir l’image cosmopolite du monde dont le code postal coincide avec la plus grande concentration de richesse du pays, il y ait des fonds pour des centres d’art et des oeuvres capitales - il y a tant de misère.

Il n’y a pas de chiffres exacts, mais Daily Bread, la plus grande banque alimentaire de la région, distribue à 800 agences avec plus de 200,000 clients de West Palm Beach aux Îlots rocheux. Sur la base des données du Bureau du Recensement, la banque estime qu’il y a environ 800,000 personnes qui ont besoin d’aliments dans les quatre comtés, selon Robert Peters, le directeur associé.

Quand il y a de la famine, la productivité faiblit, parce que les personnes cessent d’aller au travail et elles sont plus souvent malades. Les mineurs manquent à l’école et acquièrent une conduite plus à risque. .A la différence de lieux comme l’Afrique, où nous voyons des enfants au ventre enflés par les parasites et adultes rachitiques, ici les personnes les plus affamées ne se montrent pas publiquement par orgueil, alors que l’individualisme étasunien a exalté l’idée de l’autosuffisance économique.

Le congrès a récemment approuvé la loi Agricole, qui a attribué $140 millions en programme de coupons alimentaires aux états selon leurs indices de pauvreté et de chômage. Comme la Floride possède une population importante de sans papiers, son attribution sera moindre que celle qu’elle devrait recevoir. Gloria Van Treese, le chef du Bureau de Distribution d’Aliments du Département d’Agriculture de la Floride, a souligné que "à moins que le chiffre réel de communauté locale ne soit revu, les banques de nourriture ne vont pas pouvoir aider le nombre croissant de familles. »

Il y a des manières simples d’apporter son aide : travailler comme volontaire dans les agences pour économiser des frais de personnel ; faire des donations monétaires pour payer les frais de le combustible ; organiser mensuellement récoltes de nourriture dans les églises, les centres communautaires et les écoles ; motiver les gouvernements locaux pourqu’ils se montrent plus actifs…

"Pourvu que que les gens qui ont de quoi se souviennent des personnes dans le besoin", a supplié Valencia. "Nous sommes dépourvus de tout".

10 août 2008 Etats-Unis
Dernière mise à jour : ( 30-08-2008 )

Répondre à cet article