Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > National > Haiti : Commémoration du 82e anniversaire du massacre de Machaterre

Haiti : Commémoration du 82e anniversaire du massacre de Machaterre

jeudi 8 décembre 2011, par KISL

Le Comité Initiative du Sud pour la Libération (CISL) a organisé une marche pacifique à l’occasion du 82e anniversaire du massacre de Machaterre, perpétré en 1929 sur la population de cette localité par les soldats américains

Le massacre s’est produit le 6 décembre 1929, lors de la première occupation américaine (1915-1934). Plusieurs marines américains ont ouvert le feu sur la population qui tentait de protester contre l’augmentation des taxes sur certains produits comme l’alcool.

Les soldats ont tué près de vingt cinq paysans et blessé environ une cinquantaine d’autres.

82 ans plus tard, une centaine de personnes ont défilé à travers les rues de Machaterre (sud du pays), pour raviver la mémoire de tous ceux et celles qui ont péri lors du massacre, et signaler le silence de l’Etat haïtien qui, jusqu’ici n’a rien fait pour rendre justice aux victimes.

« La dernière victime de ce drame sanglant s’est éteinte, cela fait presque trois ans, sans qu’elle n’a jamais pu obtenir justice », a indiqué Jean Claudy Aristil, un des responsables du CISL.

La marche réalisée en début de semaine visait à critiquer les responsables du pays pour leur inaction face à la misère et les casques bleus impliqués dans plusieurs actes de violence à l’encontre de la population.

« Les dirigeants s’amusent à souiller la mémoire de ces ainés qui défendaient une cause juste lorsqu’ils ont offert leur vie pour combattre l’occupation américaine, en laissant des panneaux de publicité cacher le seul monument élevé pour cet évènement », a souligné Aristil.

Le CISL a aussi profité de l’occasion pour dénoncer certaines activités menées par les organisations non gouvernementales, visant, selon le comité, à détourner la mémoire des jeunes de la vraie réalité du pays.

Répondre à cet article