Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > Dossiers > L’empire étasunien à l’assaut des Etats-Nations latino-américains

L’empire étasunien à l’assaut des Etats-Nations latino-américains

mardi 3 juin 2008, par Romain Migus

Le 4 mai 2008, s’est tenu dans le département bolivien de Santa Cruz, un referendum pour approuver un statut d’autonomie pour le département. Précisons avant d’aller plus loin, que la Cour Nationale Electorale bolivienne, organe qui régie les élections selon la Constitution avait déclaré illégale cette consultation. Il s’agissait donc au mieux d’une enquête. Aucun observateur international n’était présent, l’Organisation des Etats Américain (OEA) s’étant même prononcé pour le respect de l’unité de la Bolivie.

Le président Morales avait appelé ses partisans à ne pas légitimer une élection illégale et donc à ne pas participer à cette mascarade de referendum. Au soir des résultats (85% pour le OUI, 15% pour le NON), la chaîne commerciale d’opposition Canal 7, annonçait 40% d’abstention, dans un pays où lorsqu’une élection est légale, elle est obligatoire. Ce chiffre pourtant annoncé par une télévision en connivence avec l’opposition de Santa Cruz aide à relativiser ce que l’on nous présente comme un raz de marée en faveur du statut d’autonomie. D’autres exits pools, manié par le gouvernement de Evo Morales font état de 70% d’abstention. Dans un cas comme dans l’autre, le raz de marée indépendantiste est surtout celui d’une minorité.

L’autonomie des départements bolivien n’est pas chose nouvelle. La loi de décentralisation de 1995 conférait à ces territoires une autonomie au sein de la République. Cette loi sur l’autonomie fut d’ailleurs le résultat d’un travail du Département d’Etat étasunien, par le biais de la USAID, organisme qui gère ses financements internationaux. Le 18 décembre 2005 eurent lieu les premières élections départementales, remporté dans leur majorité par des partis de droite. L’arrivée au pouvoir d’Evo Morales à la présidence de la République de Bolivie en 2006 va coïncider avec une demande accrue ’d’autonomie’ de la part des dirigeants des régions les plus riche. Pourquoi une telle coïncidence ?

Autonomie ou Séparatisme ?

Dés la prise de pouvoir de Evo Morales, la USAID, qui était présente depuis des décennies en Bolivie, va rompre unilatéralement les programmes de coopération avec le gouvernement bolivien pour centrer son travail sur le financement des partis politiques d’opposition, sur un programme d’autonomie régionale, et sur la stratégie à mener pour miner la nouvelle Assemblée Constituante.[1]

(1) Dans le même temps, la National Endowment for Democracy (NED), qui finance l’opposition vénézuelienne et des organisations politiques comme Reporters Sans Frontières, va augmenter ses financements aux groupes d’opposition de la région de Santa Cruz et des 3 autres départements demandant l’autonomie (Tarija, Beni, Pando). Ces dons de la USAID et de la NED s’élèvent à 120 millions de dollars par an depuis que Evo Morales est président ! A titre de comparaison, le directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a proposé un fond de 500 millions de dollars pour régler le problème de la faim dans le Monde. Autrement dit, selon ces chiffres, seulement 4 ans de financement des Etats-Unis à l’opposition bolivienne putchiste suffirait à résoudre la famine mondiale. D’autres organisations étasuniennes comme la Freedom House travaillent aussi à la déstabilisation de la Bolivie. Et le leader d’Otpor-Venezuela [2]

(2), Yon Goicochea, a été envoyé pour former les étudiants de Santa Cruz aux techniques de Coup d’Etat soft de l’Albert Einstein Institution.[3]

(3) Mais c’est avec l’arrivée du nouvel ambassadeur étatsunien en Bolivie que les choses vont s’accélérer. Le 22 septembre 2006, Philip Goldberg est nommé officiellement à La Paz. Goldberg ne fut pas choisi au hasard. De 1994 a 1996, il était l’assistant spécial de Richard Holbrook, secrétaire d’Etat aux affaires européennes pour cette même période. Les deux hommes qui vont diriger la délégation étasunienne aux accords de Dayton, furent les artisans chargés de conclure l’éclatement de la Yougoslavie. Philip Goldberg va être nommé en 2004 chef de la Mission diplomatique des Etats-Unis au Kosovo, dans le but de préparer l’indépendance de ce territoire serbe. C’est fort de cette expérience en matière de séparatisme que Goldberg arrive à La Paz, et travaille avec l’aide de la USAID et de la NED, à l’élaboration des statuts autonomes de Santa Cruz et de la Media Luna. Qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas d’autonomie mais bien de séparatisme. Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder le contenu des Statuts d’autonomie rédigés par les élites de Santa Cruz.[4]

(4) Ces statuts rédigés comme une véritable Constitution quitte au pouvoir national bolivien toutes les attributions qui sont propre à un Etat. Il ne s’agit pas simplement, comme veulent nous faire croire les media occidentaux, de s’arroger le droit de gérer ses ressources et de créer une police régionale. Selon ces statuts illégaux, Santa Cruz contrôlerait exclusivement les domaines de l’éducation, les transports, les infrastructures, la culture, les ressources naturelles (dont le gaz, première richesse de Bolivie), la répartition des terres (donnant aux pouvoirs régionaux la possibilité de vendre les terres des parcs nationaux décrétés par le gouvernement bolivien), la légalisation des syndicats, les télécommunications (dont les media ; l’attribution de fréquences serait organisée par le gouvernement régional), l’économie, etc. La région disposerait de Pouvoirs Exécutif, Législatif, et Judiciaire qui lui sont propre. Cerise sur le gâteau du séparatisme. Santa Cruz aurait son propre Hymne, son Drapeau et son Blason. Le précédent de Santa Cruz fera ses émules puisque 3 autres départements ont déjà annoncé qu’ils convoqueront le même type d’élections illégales pour approuver le même type de statuts. Le travail de Philip Goldberg a porté ses fruits…

De Santa Cruz à la région pétrolière du Zulia

La réponse de l’opposition vénézuélienne à cette tentative de sécession en Bolivie a été immédiate. Dés le lendemain du référendum illégal à Santa Cruz, le Conseil Législatif de l’Etat du Zulia (CLEZ) a annoncé la tenue d’une session spéciale de l’Assemblée parlementaire régionale sur le thème de l’autonomie. L’orateur invité n’est autre que Nelson Suarez représentant de l’organisation Rumbo Propio. Comme pour donner une dimension nationale à cette tentative de sécession, l’ancien gouverneur de l’Etat de Carabobo et candidat à l’élection présidentielle contre Chavez en 1998, Henrique Salas Römer, affirmait le 7 mai 2008, dans les colonnes du journal El Universal, que l’autonomie est une alternative au gouvernement de Chavez et déclarait : ’Ainsi, les revenus pétroliers ne passeront plus par le pouvoir central et iront directement aux régions.’[5]

(5) Sans commentaires. Il n’est pas anodin que le parlement du Zulia agit ainsi. C’est l’Etat le plus riche du Venezuela grâce notamment à ses revenus pétroliers, et il est contrôlé par l’ancien candidat présidentiel Manuel Rosales[6] (6). Le fait d’inviter l’organisation Rumbo Propio s’inscrit dans cette tentative de la part des Etats-Unis et des élites vénézuéliennes de détruire l’Etat-Nation vénézuélien. L’ancien ambassadeur des Etats-Unis au Venezuela (ancien consul à Maracaibo et aujourd’hui en poste à Bogota), William Brownfield, avait déclaré lors d’une visite à Maracaibo en compagnie de Manuel Rosales : ’comme vous le savez, j’ai toujours beaucoup aimé la République Indépendante du Zulia’. Manuel Rosales n’avait alors pas dit un mot pour défendre l’intégrité de la Nation vénézuélienne. L’avant-garde de cette tentative d’indépendance est assumé par Rumbo Propio qui, à l’instar de ses collègues de Santa Cruz, a déjà rédigé les statuts ’d’autonomie’ du Zulia.[7]

(7) Outre la proposition de ’privatisations populaires’ (sic), ces ’statuts’ d’orientation clairement néolibérales proposent d’abolir les impôts pour les entreprises, de privatiser l’éducation, les retraites, la santé, de réserver le maniement des ressources naturelles (comprendre le pétrole) au gouvernement régional et aux multinationales, privatiser toutes les entreprises de l’Etat au profit des entreprises internationales et du gouvernement régional ’autonome’. L’article 10 précise même ’tout ce qui est à l’Etat doit être privatisé’. Le versant social est transféré aux entreprises privés qui émettront des coupons (sorte de ticket-restaurant) gratuit pour aller chez le médecin o payer les frais de scolarité privée. Autrement dit, le gouvernement régional achètera ces coupons à des entreprises privés (généralement chez une entreprise amie, ou mieux dans sa propre entreprise) pour les distribuer seulement à ceux qui souffrent d’extrême pauvreté (moins de un dollar par jour). Ceux qui survive dans la misère avec 1.5 dollars (soit l’équivalent de 4 baguettes de pain ou du prix d’une bouteille de shampoing) par jour n’y auront pas droit !!!

La permanence de ces statuts ’d’autonomie’ est assuré par l’article 2§d qui affirme ’le droit à une démocratie limitée : aucune majorité populaire, aussi grande qu’elle soit, est autorisée à intervenir contre les libertés et les droits que ces [statuts] garantissent aux citoyens’. Nous nous demandons légitimement quelles seront alors les personnes en charge de définir ’les limites de la démocratie’ : les propriétaires terriens, les patrons, ou les multinationales ?

A la différence de la Bolivie, le Venezuela est une république fédérale. Le Zulia a déjà son Hymne, son Blason, son Drapeau et ses propres Pouvoir Exécutif et Législatif. Qu’à cela tienne, Rumbo Propio propose dans ces statuts ’d’autonomie’ la création d’une monnaie propre au Zulia. Pour voyager dans d’autres régions du Venezuela, les habitants de la région du Zulia devront passer par des bureaux de change. Il n’est pas précisé si ces bureaux changeront en dollars ou en Bolivars… Alors, autonomie ou séparatisme ? Déjà, en 2001, le Plan Balboa, un exercice de simulation militaire mené par les forces armés espagnoles et planifié par les Etats-Unis, prévoyait une intervention directe dans la région et l’occupation militaire du Zulia.[8]

(8) Internationale du Séparatisme. Comme les tentatives de Coup d’Etats ou de déstabilisations économiques s’avèrent infructueuses dans les pays qui entendent rompre avec la domination étasunienne, les séparatismes doivent être vu comme une nouvelle stratégie des Etats-Unis pour affaiblir les Etats-Nations progressistes de la région et se réapproprier les ressources naturelles. Déjà, se met en place, une internationale du Séparatisme. En septembre 2006, comme le note l’avocate Eva Golinger, ’Guayaquil fut le lieu du Premier Forum International sur la Liberté et l’Autonomie Régionale’[9]

(9) où assistèrent parmi de nombreux participants, le maire de Quito et celui de Guayaquil pour Equateur, le secrétaire général de la Préfecture de Santa Cruz et un représentant de Rumbo Propio, l’organisation séparatiste du Zulia. Cette réunion n’a été possible que grâce aux financements de la NED et de la USAID. Face à cette Internationale du Séparatisme financé par Washington, les peuples des pays concernés ont déjà affirmé leur rejet d’une balkanisation de l’Amérique Latine. Les grandes manifestations en faveur de l’unité de la Bolivie qui ont eu lieu dans ce pays mais aussi au Venezuela montrent bien que, plus que jamais, les citoyens des pays latino-américains sont décidés à défendre leur souveraineté et leur intégrité. Au Venezuela, une enquête du Procureur Général de la République était ouverte depuis 2006 contre Rumbo Propio pour trahison à la Patrie. Malgré le fait que les preuves sont publiées sur le site web de l’organisation, l’enquête piétine… Qu’importe, le Peuple veille !

Notes :
[1] Interview de Eva Golinger pour Radio Venezuela en Vivo, 04/05/08.
[2] Voir Romain Migus, ’Réforme Constitutionnelle et Déstabilisation : Chronique(s) d’une Révolution en marche’, Le Grand Soir : http://www.legrandsoir.info/article...
[3] Voir la vidéo de ces formations sur le site du think tank ultralibéral Cato Institute : http://www.elcato.org/node/3228
Yon Goicochea vient de recevoir le prix ’Milton Friedman pour la liberté’ (sic) doté d’un montant de 500.000 dollars.
[4] Estatutos del Departamento Autónomo de Santa Cruz (en espagnol) :
http://www.asamcruz.org/Estatuto%20...
[5] Reyes Theis, ’Salas Römer propone proyecto de autonomías como alternativa’, El Universal, 07/05/08.
[6] Pour se faire une idée sur le personnage, voir Romain Migus ’Le Rose Brun’, Le grand soir : http://www.legrandsoir.info/article...
[7] Voir
http://www.rumbopropio.org.ve/rumbo... et
http://www.rumbopropio.org.ve/rumbo...
[8] Voir http://www.aporrea.org/tiburon/n629...
[9] (9) Eva Golinger, ’EE UU promueve la desestabilización regional’, 23/03/08 :
http://www.aporrea.org/tiburon/a536...

Répondre à cet article