Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > National > Communiqué

Communiqué

jeudi 26 juillet 2007, par Glele Dahomey

La Ligue Haïtienne Anti Impérialiste exprime son accord avec le communiqué des organisations progressistes (MORAP, MODEP, KRD, MOVE,FGPB, CMD-OD,GREDESH, OLAJEKA, BROPS, Federasyon Tèt Kole Sid, MITPA, OPDAK, Fondation Jacques Roumain, RGPB, RAJES, MPMD, KRPN, RAMSO, Federasyon Tèt Kole Nòdwès KPN) sur la politique de privatisation des entreprises publiques définies par le gouvernement de Préval-Alexis.

Nous aussi, nous estimons que cette politique, au lieu de contribuer à l’amélioration de la situation nationale, va encore l’aggraver. Cette expérience a déjà été entreprise dans beaucoup de pays dits sous-développés, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. Dans la majeure des cas, elle a contribué à aggraver la situation socio-économique de ces pays transformés en néocolonies, à renforcer la domination des puissances impérialistes. Comme ces organisations, nous estimons que le gouvernement a mal fait d’assumer de si lourdes responsabilités à l’insu et contre le peuple Haïtien et de ses organisations représentatives. Concernant le départ des forces d’occupation, la Minustha, nous nous sommes déjà prononcés avec force sur cette question.

L’arrivée de la Minustha en Haïti fut la conséquence d’une conspiration soigneusement menée par les Etats-Unis d’Amérique, la France, le Canada et leurs valets de l’ Amérique Latine ( en combinaison avec les milieux réactionnaires de l’intérieur d’ Haïti),et la soit disant Communauté Internationale qui veulent ramener le pays à la triste époque de la canonnière. Nous estimons pour notre part que le FMI et la BM pour n’en citer que ceux-là, fonctionnent aux profits exclusifs des puissances impérialistes.

Tant que les chefs d’Etat de la Caraïbe et de l’Amérique Latine continuent à se soumettre aux dictats de ces institutions, il n’y pas lieu de parler de démocratie, de libération nationale, de progrès social, de souveraineté. Partout où les gouvernements d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine se soumettent aux ordres de ces institutions financières, on ne récolte que misère, famine, désastre, guerre civile..... Nous estimons pour notre part que seule l’organisation du peuple, sa conscientisation démocratique et anti-impérialiste et son unité peuvent l’aider à s’engager dans un processus de changements profonds et révolutionnaires...

Répondre à cet article