Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > National > CONFERENCE CONTINENTALE POUR LE RETRAIT DES TROUPES DE L’ONU, LA (...)

CONFERENCE CONTINENTALE POUR LE RETRAIT DES TROUPES DE L’ONU, LA MINUSTAH

samedi 29 juin 2013, par Centrale UGTG

Conférence continentale pour le retrait des troupes de l’ONU, la MINUSTAH
« Défendre Haïti c’est nous défendre nous-mêmes »
Aux Délégués, organisations et invités qui ont participé à la conférence, à tous ceux, responsables d’organisations, personnalités qui ont soutenu la conférence,
Chers camarades, chers amis,
Par votre participation, votre contribution politique, votre contribution financière, votre engagement dans le combat pour la souveraineté des nations et le droit à l’autodétermination des peuples, en l’occurrence pour la souveraineté du peuple haïtien, vous avez assuré le succès de cette conférence continentale pour le retrait des troupes de l’ONU d’Haïti. Ainsi avons-nous apprécié la solidarité que vous avez témoignée.
Nous vous adressons ci-joints différents documents issus de cette conférence et de sa préparation. Parmi eux :
- la résolution finale adoptée par la conférence qui se termine par « Nous délégués, …. proposons, …. .de faire de la semaine du 29 juillet au 3 aout 2013, une semaine de mobilisation continentale dans les différents pays : rassemblements, manifestations, délégations, interpellations des gouvernements, pétitions,... ».
la résolution adoptée par le sénat haïtien le 28 mai dernier réclamant le retrait des forces de la MINUSTAH » et qui, notamment dans son article 6, lance l’adresse suivante « ….Le Sénat, au nom de la solidarité parlementaire, transmet cette résolution aux parlements des pays fournisseurs de troupes en Haïti afin de faire cesser très rapidement le déploiement des soldats ONUSIENS sur le territoire, ce, en attendant la mise en branle du processus de retrait progressif de troupes déjà sur place et le cas échéant exiger le retrait unilatéral des forces ».
Dans le prolongement de ces propositions nous vous demandons, Chers camarades, chers amis, de conclure la semaine de mobilisation continentale, tous ensemble en une grande journée continentale le vendredi 2 août 2013 pour exiger des différents gouvernements impliqués dans l’occupation d’Haïti le retrait de leurs troupes.
Nous nous adressons aussi à nos camarades et amis parlementaires pour leur demander de soutenir la démarche du Sénat haïtien à l’initiative du sénateur Moïse Jean-Charles.
Recevez, Chers camarades, chers amis, nos salutations militantes et fraternelles
Pour le Comité
CATH : Centrale autonome des Travailleurs Haïtiens ; CFOH : Confédération des Forces Ouvrières Haïtiennes ; GIEL, Groupe d’Initiative des Enseignants des Lycées ; Haïti-Liberté ; CTSP : Confédération des Travailleurs du Secteur Public et Privé. OPLB : Organisation pour la Libération des paysans de Bas Gros-Morn

Publié par la Rédaction le samedi 22 juin 2013

HAÏTI : Minustah alé !!!
Les 31 Mai et 1er Juin 2013 s’est tenue à Port au Prince, la 3ème conférence continentale en Haïti afin d’exiger une fois de plus, le retrait des troupes de l’ONU/MINUSTAH. Cette 3ème édition a bénéficié de la participation de syndicalistes, de membres d’organisations et d’élus politiques de 9 pays dont l’Argentine, le Brésil, la France, les États-Unis, la Martinique, la Guadeloupe, le Mexique, l’Algérie et le Salvador. la Gwadloup était représentée par l’UGTG et une délégation de l’ATPC (Association des Travailleurs et des Peuples de la Caraïbe)

Nous avons très bien compris que la mission des troupes de la MINUSTAH stationnées sur le sol d’Haïti, depuis maintenant 9 ans (Août 2004), n’est pas en réalité celle que l’on veut bien faire croire au monde entier. C’est une nouvelle forme d’occupation militaire parée d’un artifice humanitaire et mise en œuvre par l’impérialisme étasunien et de ses alliés.
A plusieurs titres cette occupation reste inacceptable. Inacceptable par son aspect illégal au regard même du chapitre 7 de la Chartre des Nations unis, qui prévoit le déploiement des forces du maintien de la paix dans les cas de guerre civile, de génocide, de catastrophe naturelle ou de crime contre l’humanité. Depuis 2004, Haïti n’a jamais connu aucune de ces situations. Inacceptable aussi, car inappropriée par rapport à la situation objective existante en Haïti qui exige une toute autre approche dans les mesures d’aide et d’accompagnement à son développement. Insupportable enfin, car pour mieux justifier leur présence les États-Unis et leurs alliés, n’ont pas hésité à ajouter Haïti sur leur longue liste de ce qu’ils nomment les « failed states » (États en faillite) ; la classant ainsi parmi les territoires destinés à être envahis pour en spolier les ressources naturelles.

En Haïti c’est tout un peuple qui est précipité vers le chaos. Un peuple totalement abandonné à son sort par un gouvernement mis en place avec la complicité les États-Unis lors des élections de Mai 2011. Jusqu’à ce jour, aucun résultats ni décomptes de voix concernant ces élections n’ont été publiés. La préparation des prochaines échéances de 2015 se fait tout aussi dans le même mépris de la Constitution haïtienne, respectant les règles de la « démocratie occidentale ».
A cette 3ème conférence continentale, ce sont 140 délégués venus des pays an déwò et de toutes les régions d’Haïti, qui ont participé aux travaux pendant 2 jours. Les échanges lors des débats ont par leur qualité, souligné la grande maîtrise de toute l’assemblée de la situation injuste et douloureuse d’Haïti. Le vendredi 31 Mai 2013, un millier de personnes assistait au meeting sur l’esplanade du Champs de Mars à Port au Prince. Une foule chauffée à blanc et scandant le slogan Fò la minista alé !!! Une assemblée tout aussi déterminée à s’engager dans des actions porteuses d’espoir pour recouvrer on Ayiti gran moun. Un Peuple prêt à poté kolé pou minista alé !
A l’issue des travaux de la conférence, deux motions ont été élaborées. L’une en faveur du Mexique pour les syndicalistes qui subissent la répression antisyndicale et l’autre pour l’Algérie dénonçant l’intervention militaire au Mali et ses conséquences sur la stabilité de toute la région de l’Afrique du Nord. Sans oublier bien sûr la déclaration finale par une résolution s’adressant aux gouvernements des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes, les invitant eux aussi à retirer leurs troupes sur le sol sacré d’Haïti.
Publié par la Centrale UGTG le mardi 11 juin 2013

Répondre à cet article