Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > National > Rira bien qui rira le dernier

Rira bien qui rira le dernier

jeudi 7 avril 2011, par Jirah Smet

Rien n’est plus odieux qu’un individu (il ne mérite pas le vocable Homme) qui appelle de tous ses vœux la guerre civile dans son pays. C’est donc un individu exécrable, né pour le malheur de sa patrie. Que les bras du grand pénitencier lui soient grands ouverts pour l’accueillir avec les honneurs dus à quelqu’un de son rang. Et lorsqu’il arrivera dans cette enceinte, peut-être se souviendra-t-il que ce pays qu’il a trahi et dont il a causé la dévastation, lui a tout donné. Peut-être que sa bouche qui proférait les paroles de l’insulte, de l’humiliation et de la soumission de son peuple, trouvera-t-elle les mots qu’il faut pour saluer le grand pénitencier et le remercier de l’avoir accueilli pour lui éviter les chagrins de l’exil.

C’est une évidence, Monsieur Préval ! Vous et vos acolytes avez cautionné la souillure de notre sol, l’humiliation de toute la nation, la contamination de nos eaux par les puissances impérialistes, causant des milliers de morts. Vous avez corrompu nos parlementaires, nos cadres, nos fonctionnaires de police, nos juges, au mépris de nos lois et de notre dignité humaine. Vous êtes un monstre farouche qui se cache derrière un silence arrogant. Si vous étiez un patriote, peut-être que vous auriez envie de saisir par la gorge tout individu qui aurait commis de tels actes contre votre peuple. Mais lorsque c’est vous qui êtes l’auteur de ces actes odieux commis contre ce pays qui vous a vu naitre, grandir et balbutier les premiers mots, le vent de la colère et de la haine doit vous emporter jusque dans la gueule du cratère. Vous êtes complice de tous les crimes commis contre le peuple haïtien depuis deux décennies et aujourd’hui nous vous déclarons ennemi de l’Etat haïtien. Vous êtes un obstacle à la démocratie.

Monsieur Préval, doit-on vous rappeler qu’un peuple n’est jamais vaincu ? Tous les coups qu’il a encaissés constituent sa source d’énergie. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts, dit-on. Pendant combien de temps le peuple haïtien continuera-t-il de laisser faire des politiciens, comme vous, au pouvoir ? C’en est assez !

Le peuple a besoin de se reposer sur con courage pour affronter les forces ténébreuses qui veulent le maintenir sous l’oppression. Que ces forces soient internes ou externes, le courage nous fait un devoir de les combattre. Car si tant que ces forces seront là il ne peut y avoir de droits pour nous, alors que le courage nous ouvre la carrière des combats. C’est la seule voie pouvant nous permettre de remplacer le droit de la force par la force du droit.

Mais quant à vous, Monsieur Préval, il est temps de savoir qu’après la semence c’est la récolte ! Après avoir pendant longtemps utilisé le droit de la force, vous allez devoir affronter la force du droit. Lorsque le peuple n’avait que ses yeux pour pleurer, vous riiez avec Barbancourt ; mais le moment va venir où le peuple rira à son tour !!

Jirah Smeth

Répondre à cet article